Danone et la comptabilité multi-capitaux : retour d’expérience

reunion équipe
  • 15 nov. 2023

En 2023, une filiale du groupe Danone, Les Prés Rient Bio, a mis en œuvre une méthode innovante de comptabilité multi-capitaux : le LIFTS Accounting Model©. Laura Palmeiro, Sustainable Finance Director, Danone, Jacinthe Brillet, Directrice générale, Les Prés Rient Bio, et Olivier Muller, Associé Développement durable, PwC France et Maghreb, reviennent sur le pourquoi et le comment de cette expérimentation, ainsi que les enseignements à retenir.

Pourquoi la comptabilité multi-capitaux est-elle un axe de recherche important pour le groupe Danone ?

Laura Palmeiro - Danone est actif depuis très longtemps sur les questions de développement durable. Parmi les sujets qui présentent la plus grande matérialité pour nous figure la production agricole, qui correspond à 60% de l'empreinte carbone du groupe (40% pour le lait). 

De ce fait, nous nous intéressons de près à l'agriculture durable (ou agriculture régénérative) et nous travaillons en direct avec des fermiers dans les pays où nous sommes présents. Nous mettons par exemple à leur disposition des outils pour mesurer les émissions de CO2 et nous œuvrons avec eux à l’amélioration des pratiques agricoles (rotation des parcelles, alimentation et bien-être animal, etc.). 

Afin d’ancrer les critères environnementaux et sociaux dans le processus décisionnel de la stratégie d’entreprise, il est nécessaire de disposer de données à la fois financières et extra-financières. C’est la raison pour laquelle Danone a cofondé, avec L’Oréal et PwC, la chaire Performance Globale Multi-Capitaux d'Audencia. Dans ce cadre, Delphine Gibassier et son équipe ont développé une méthode de comptabilité multi-capitaux, le LIFTS Accounting Model©. Entre 2021 et 2023, nous avons voulu appliquer cette méthode à une filiale de Danone, Les Prés Rient Bio, dont le modèle économique a toujours été centré sur des ambitions à la fois sociales et environnementales.

Quel est l’ADN des Prés Rient Bio, filiale du groupe Danone ?

Jacinthe Brillet - À l'origine, il y a 18 ans, Les Prés Rient Bio est né pour protéger et soutenir les producteurs laitiers de Normandie qui avaient pris le risque de convertir leurs fermes en élevages biologiques sans pour autant trouver de débouchés pour leur production. D’où la création de notre marque principale, Les 2 Vaches, destinée à stimuler la demande de yaourts bio.

Au-delà de l'activisme et de la success story de cette marque et de cette communauté, un joli modèle visionnaire anime cette entreprise. Son modèle économique s’est construit sur des théories du développement durable qui avaient été publiées par des scientifiques mais étaient inconnues de l'industrie laitière d’il y a 20 ans. Nous avons pris les devants et bénéficions aujourd'hui de premiers résultats à partager.

Le secret du modèle économique des Prés Rient Bio est le triptyque bio, équitable (Fairtrade) et local, avec un ancrage très fort dans le sud de la Normandie. Nous continuons d'investir sur ces trois piliers pour rester des pionniers, tout en développant un activisme holistique. Nous avons essayé de faire la différence sur toutes les causes dans lesquelles nous pouvions nous impliquer. Sur l’environnement, cela va de l’amélioration des matériaux d'emballage à la réduction de leur poids ; sur le volet social, cela peut consister à limiter le gaspillage alimentaire.

“Les Prés Rient Bio, c’est la filiale bio de Danone dotée d'un cadre agile autonome et créée pour accompagner la conversion des éleveurs à des pratiques plus soutenables. Une entreprise multi-facette et en perpétuelle évolution qui, à force de convictions et d’inventivité, s’est vue hissée au rang de première B Corp de l’agroalimentaire en France.”

Jacinthe Brillet, Directrice générale, Les Prés Rient Bio

Pourquoi Les Prés Rient Bio étaient-ils un bon candidat pour expérimenter la comptabilité multi-capitaux ?

Jacinthe Brillet - En 18 ans, les temps ont changé. En tant qu'entreprise militante qui tente d'influencer un écosystème qui commence à se mettre en marche, nous sommes arrivés à deux conclusions. La première est que nous devons nous concentrer sur les causes (biodiversité et justice sociale dans les communautés agricoles) sur lesquelles notre modèle est censé avoir un impact prioritaire. 

La seconde est que, afin de rester pionniers et influents, nous devons absolument quantifier encore plus rigoureusement notre impact et le relier à la valeur financière que nous produisons. En supposant que nous aurons cette démonstration en main un jour, nous pouvons alors envisager une mise à l'échelle massive de notre modèle économique. C'est dans ce contexte que nous avons commencé à nous intéresser à la finance d'impact, et en particulier au projet de comptabilité multi-capitaux LIFTS Accounting Model©.

“Si la marque semble pertinente aujourd’hui plus que jamais, c’est parce qu’elle n’est pas née d’une tendance de marché mais d’un combat pour lequel elle cherche inlassablement à élargir l’éventail des solutions : le combat pour les éleveurs bio et pour un nouveau modèle alimentaire plus favorable à la biodiversité et au climat.”

Jacinthe Brillet, Directrice générale, Les Prés Rient Bio

Quelle a été la mise en œuvre du modèle LIFTS Accounting Model© aux Prés Rient Bio ?

Olivier Muller - Le pilote conduit avec Danone sur le périmètre des Prés Rient Bio avait pour but de vérifier l’applicabilité et la pertinence de la comptabilité multi-capitaux - en l'occurrence, du LIFTS Accounting Model© - pour une entreprise de l’agro-alimentaire. Concrètement, ce projet de six mois a consisté à :

  • Calculer le budget social et environnemental des Prés Rient Bio ;

  • Identifier les principaux impacts de l’entreprise de la ferme à l’assiette ;

  • Chiffrer les éventuels dépassement des limites planétaires et fondations sociales ;

  • Évaluer de quelle manière le LIFTS Accounting Model© pourrait contribuer à progresser sur ces critères grâce à une gestion intégrée (financière et extra-financière) de la performance ;

  • Préparer la mise en œuvre de la méthode sur l’ensemble du groupe Danone.

L’étape de collecte et contextualisation des données a impliqué une quinzaine de personnes de diverses fonctions, de la finance aux ressources humaines, de la RSE à la R&D. Dans un premier temps, nous avons pris en compte sept des neuf limites planétaires et les douze fondations sociales.

Concernant les indicateurs environnementaux, après avoir choisi une méthode d’allocation des budgets, nous avons soumis la composition et le packaging des produits Les Prés Rient Bio à une analyse du cycle de vie (ACV), avec la base de données AGRIBALYSE® pour référence.

Pour plus de détails sur la mise en œuvre de la méthode, regardez le replay (en anglais) de la présentation du LIFTS Accounting Model© appliqué aux Prés Rient Bio (Danone)

Est-il possible d’automatiser la mise en œuvre du LIFTS Accounting Model© ?

Olivier Muller - L'infrastructure data et le support IT sont déterminants dans la mise en œuvre de la comptabilité multi-capitaux. L’expérimentation s’est appuyée, grâce à un mécénat de compétences informatiques de la chaire, sur l’outil de planification et d'analyse financières Anaplan mis en place par l’entreprise Reportwise. 

Nous avons ainsi pu consolider dans Anaplan des données de diverses sources internes (extractions OpenLCA, questionnaires sociaux, documents comptables) et externes (prix, …). Dans un premier temps, seule la mise à jour mensuelle des documents comptables a pu être automatisée.

Que retenir de l’expérimentation du modèle LIFTS Accounting Model© aux Prés Rient Bio ?

Jacinthe Brillet - Nous pouvons d’ores et déjà tirer trois conclusions des résultats de l’expérimentation du LIFTS Accounting Model© aux Prés Rient Bio.

Notre modèle a un impact positif par rapport au modèle d'agriculture conventionnelle

Dans l'ensemble, notre modèle fonctionne mieux que celui de l’agriculture conventionnelle sur trois des neuf limites planétaires : l’utilisation d'eau douce, le changement d’utilisation des sols, la perte d’intégrité de la biosphère (perte de biodiversité et extinctions) et l’intégrité de la biosphère du sol.  

Je trouve très encourageant de voir qu’une méthode quantifiée soutient la direction que nous avons prise et les hypothèses selon lesquelles un modèle bio, équitable et local fait partie de la solution vers un avenir plus durable. Nous devons donc absolument poursuivre nos efforts.

Nous dépassons cependant encore certains de nos budgets planétaires

Nous dépassons certains budgets planétaires dans des proportions qui, à première vue, ne trouveront pas de solutions immédiates car cela n’est pas dû à l’orientation de notre modèle à proprement parler, mais très simplement à l’activité laitière en général. C’est le cas en particulier de l'acidification des océans, du climat et du cycle du phosphore, ainsi que du cycle de l'azote.

L’expérimentation confirme l'importance de notre stratégie commerciale

Notre entreprise n'existe pas pour inciter les gens à consommer plus de lait, mais pour les convaincre de remplacer leurs achats de yaourts conventionnels par des alternatives bio. Cela signifie bien sûr utiliser la pédagogie pour éduquer les consommateurs à faire des choix plus responsables. 

Mais pas seulement. Nous devons aussi constamment orienter toute notre stratégie commerciale - marketing, R&D, distribution - pour cibler tous les consommateurs de yaourt, et pas seulement les consommateurs de yaourt bio. Notre défi pour Les 2 Vaches est de construire une valeur perçue des produits qui soit supérieure à celle des yaourts conventionnels. C'est ainsi que nous sommes fidèles à notre raison d'être.

Quelles sont les implications du LIFTS Accounting Model© pour Les Prés Rient Bio à l’avenir ?

Jacinthe Brillet - Il ressort tout d’abord que notre expérimentation du LIFTS Accounting Model© contribue à notre démarche de progrès. 

  • L'évaluation des budgets de la biodiversité nous montre les points forts sur lesquels capitaliser davantage et les points de vulnérabilité pour lesquels nous devons commencer à développer des solutions. 

  • Sur le volet social, nous constatons qu’il y aurait un fort retour sur investissement d’une meilleure communication vers nos parties prenantes des dispositifs sociaux déjà existants. En nous concentrant sur les liens qui existent avec nos producteurs, nous nous sommes notamment aperçus que certains dispositifs qui leurs sont destinés ne sont pas encore connus de tous. C’est donc la prochaine étape pour que nos efforts puissent produire tout l’impact positif souhaité.  

  • De manière générale, l'exercice nous indique à quelles limites planétaires ou fondations sociales réfléchir et déterminer si elles devraient faire partie des priorités d'investissement des Prés Rient Bio. 

L’expérimentation du LIFTS Accounting Model© a également accéléré la prise de conscience que nous devions absolument investir dans des outils de mesure spécifiques de l'impact positif afin de mesurer et de rendre visibles tous les bénéfices de notre modèle. Dans cette première itération de la méthode, les données disponibles ne nous ont pas permis de prendre en compte toutes ses spécificités. Par exemple :

  • Dans plusieurs cas, nous avons dû utiliser des données génériques correspondant à des modèles bio lambda, voire conventionnels. 

  • Nous n’avons pas pu refléter dans les comptes tout le travail fait sur les fermes en matière d’audit, de réduction de l’empreinte carbone et de protection de la biodiversité. 

  • Nous avons également dû nous baser sur des moyennes pour les sols agricoles français, alors que 60% de nos exploitations sont constituées de prairies permanentes, très favorables à la biodiversité. 

Pour démontrer notre impact, il ne suffit pas de montrer les efforts que nous déployons et les choix que nous faisons. Il est vraiment nécessaire de se focaliser sur les résultats qui découlent de nos investissements, et donc de capturer les données spécifiques de ces résultats. Cela fait partie de la façon dont nous devons conduire notre stratégie d’impact à l’avenir.

Laura Palmeiro - Avec la mise en œuvre du LIFTS Accounting Model©, Les Prés Rient Bio jouent en outre un rôle de modèle pour accélérer les initiatives durables au sein du groupe. Nous disposons ainsi d’arguments scientifiques pour démontrer les avantages et le retour sur investissement de nos pratiques agricoles et sociales. 

L’expérimentation offre également une démonstration concrète de ce à quoi peut ressembler la finance à impact. On voit mieux comment notre activité commerciale et nos initiatives d'impact peuvent venir se combiner et ainsi produire un lot de données simples et cohérentes qu’il devient possible de soutenir ou qui seront sanctionnées par les réglementations à venir (CSRD).

Cette démonstration peut aider le groupe à mobiliser des ressources pour construire de nouveaux scénarios de durabilité, de nouveaux what if constructifs pour l’avenir.




Contactez-nous

Olivier Muller

Olivier Muller

Associé Développement durable, PwC France et Maghreb

Sylvain Lambert

Sylvain Lambert

Associé Développement durable, PwC France et Maghreb

Masquer
Suivez-nous