Reconquête industrielle de la France

Trois enjeux opérationnels pour réaliser son potentiel

Les investissements massifs prévus par les plans gouvernementaux France Relance et France 2030 atteignent des montants inégalés depuis 40 ans. Malgré tout, cet effort inédit ne suffira pas à rehausser la part de l’industrie dans le PIB de la France au niveau de la moyenne européenne, selon les scénarios de réindustrialisation récemment publiés par Strategy&

À la lumière de ces modélisations, le cabinet identifie trois grands enjeux opérationnels dont dépendent en grande partie la réussite des plans de relance.

« Quel que soit le scénario de réindustrialisation, générer la valeur ajoutée additionnelle garante de la souveraineté économique de la France passe par l’acquisition de nouvelles compétences, l’accès au foncier industriel en région et la diversification du financement. »

Vladislava Iovkova, associée Strategy&, PwC France et Maghreb

Concernées au premier plan par ces enjeux, les filières industrielles sont aussi particulièrement bien placées pour leur apporter des solutions. Strategy& et PwC invitent les filières à lancer dès aujourd’hui les réflexions et chantiers qui leur permettront d'atteindre leurs ambitions pour 2030.

La proposition de Strategy& aux filières industrielles en France

Dans cette nouvelle étude, Strategy& projette les impacts directs et indirects de trois mesures (France Relance, France 2030 et relocalisation de certaines catégories d’achat) sur les filières industrielles. Les différents scénarios modélisés mettent en évidence l’opportunité qui se présente aux filières stratégiques d’amorcer une véritable transformation durable, mais aussi la nécessité pour elles de faire des choix technologiques structurants et concertés.

Au niveau macro, la publication souligne la dynamique amorcée grâce à des initiatives publiques d'une ampleur inédite et le choix de filières privilégiées en ligne avec les attentes politiques. Elle démontre cependant que le volume global d’investissements reste insuffisant pour que la part de l’industrie dans le PIB de la France puisse rejoindre la moyenne européenne.

Les efforts gouvernementaux se concentrent sur un nombre limité de filières dites d’avenir, mais la transformation du tissu productif français liée aux enjeux environnementaux, de transition énergétique, de digitalisation et de souveraineté touche tous les secteurs. L’étude analyse les facteurs de réussite dans l'exécution des initiatives de relance, notamment en matière de financement des filières, de développement de nouvelles compétences et de disponibilité du foncier industriel. 

Cette étude n’est qu’une première étape. Le cabinet soumet maintenant au débat et à la réflexion collective cette simulation macro des évolutions industrielles.

« Nous invitons les filières industrielles, qu’elles fassent partie ou non des filières dites d'avenir, à approfondir avec nous ces modélisations en les adaptant aux spécificités de chaque secteur. Elles seront dès lors en mesure de construire des stratégies précises les dotant à court terme des moyens essentiels pour atteindre leurs objectifs à horizon 2030. »

Olivier Lluansi, associé Strategy&, PwC France et Maghreb

Affiner la modélisation des scénarios de réindustrialisation filière par filière

Strategy& a modélisé trois scénarios macros de réindustrialisation de la France à partir de ces trois moteurs économiques. Les plans gouvernementaux France Relance et France 2030 prévoient d’injecter 30 milliards d’euros d’investissements publics directement dans l’outil productif. En parallèle, le secteur privé a entrepris des initiatives de relocalisation de catégories de produits identifiées comme stratégiques ou critiques pour les chaînes d’approvisionnement. Préoccupation croissante des entreprises, la sécurisation des approvisionnements pourrait aboutir à la relocalisation de 26,8 milliards d’euros d’importations.

Les filières n’évolueront pas toutes au même rythme ni ne passeront par les mêmes étapes. Notre modélisation macro est une base sur laquelle les filières peuvent engager une réflexion sectorielle capable d’établir des scénarios spécifiques et d’inspirer des stratégies adaptées d’exécution des plans de relance. Planifier l’acquisition des compétences de demain, encourager la disponibilité du foncier industriel et diversifier le financement des industries qui ne sont pas auto-financées sont trois chantiers prioritaires pour les filières à horizon 2030.

1- Compétences : finaliser les plans prévisionnels

Data, développement durable, excellence opérationnelle… : la question des compétences, nouvelles ou non, est centrale. Avec 70 000 postes vacants dans l’industrie, la guerre des talents est déjà vive dans l’industrie. Or l’étude de Strategy& évalue à 430 000 les créations d’emploi dans un scénario médian de renaissance industrielle à 2030. 

À ce jour, les dispositifs permettant de former pour anticiper l’appel de compétences des nouveaux sites financés par France Relance ou France 2030 restent à renforcer ou à mettre en place. Aux filières industrielles de prendre les devants en menant une réflexion quantitative et qualitative sur l’évolution des compétences qui leur sont nécessaires. Ce qu’a fait par exemple l'Union française de l'électricité (UFE), pour qui PwC a réalisé une modélisation quantitative prospective de la création et destruction d’emploi à moyen terme en lien avec les nouvelles compétences attendues pour la transition écologique

Il fait sens d’impliquer les collectivités territoriales dans la massification des programmes de formation et le développement local des compétences pour demain. La faible mobilité géographique des Français favorise en effet des plans de formation locaux dans le cadre d’une organisation de la formation pilotée aujourd’hui par les branches au niveau national. En particulier, les Régions peuvent actionner le levier formation pour accompagner la transition dans la perspective d’un rythme soutenu de réindustrialisation. Écoutez l’interview d’Olivier Lluansi dans le podcast Entrepreneurs café: État des lieux et perspectives de l'industrie en France 

2- Foncier industriel : monter des partenariats publics-privés

Dernier point clé, la disponibilité de suffisamment de foncier industriel prêt à l’emploi pour accueillir les investissements productifs. Les besoins sont élevés : le stock de projets a déjà cru de 200 % avec France Relance, les effets de France 2030 s’ajouteront. Face aux plus de 750 projets industriels financés par France Relance, l’inventaire des sites clefs en main est de l’ordre de 130 sites. 

La question de la disponibilité du foncier industriel se complexifie dans un contexte de zéro artificialisation nette (ZAN) et de conflit d’usage entre foncier productif, foncier résidentiel et foncier commercial. S’y ajoutent des enjeux sectoriels. Dans le secteur de la chimie, par exemple, l’acceptabilité de nouvelles installations par les populations environnantes reste un sujet ouvert. 

Les partenariats publics-privés (PPP) sont des dispositifs propres à surmonter de nombreux obstacles au développement d’une offre foncière industrielle dans les territoires grâce à la montée en puissance de l’ingénierie locale (autorisations, accompagnements) et de la capacité d’instruction des dossiers. Les PPP peuvent ainsi renforcer l’organisation des services publics territoriaux pour accueillir et gérer un flux en forte croissance. Selon les sources et les définitions, l’ouverture annuelle de sites industriels varie entre 60 usines et 230 sites ou extensions. Ce chiffre devrait être multiplié par trois ou quatre d’ici 2030.

Ecoutez François Cartier Laurin, Directeur, PwC France et Maghreb :

Les industriels prennent en compte quatre critères dans leurs choix d'implantation

3- Financement : diversifier les sources pour consolider les fonds propres

La disponibilité et l’accessibilité du financement, notamment en haut de bilan, est primordiale dans tous les scénarios de réindustrialisation de la France. Outre les plans de relance, la modélisation de Strategy& évalue à 69 milliards d’euros le besoin d’investissement privé. Si la majorité des filières industrielles étudiées devraient être en mesure d’autofinancer leur transformation, d’autres devront mobiliser des fonds externes à leur secteur.

Parmi les principales sources de financement possibles pour consolider les fonds propres de notre tissu productif :

  • Le financement par la dette, plus massif en France que dans les autres pays européens, n’est pas une réponse pleinement satisfaisante vu les enjeux de long terme et de risque. 

  • La mobilisation de l’épargne des ménages français présente l’avantage du volume (le patrimoine financier des ménages dépasse 5 000 milliards d’euros). Elle est cependant contrainte par des dispositifs prudentiels européens et internationaux et par la préférence des épargnants pour les actifs peu risqués. 

Si l’attractivité de la France auprès des investisseurs étrangers ne se dément pas, le débat subsiste sur la prise de contrôle d’entreprises ou de technologies stratégiques.

Accédez à de nouveaux modes de financement et de paiement

À propos de l’étude

Publiée en mai 2022 par Strategy&, l’étude La renaissance industrielle en France à l’horizon 2030 Après les crises, quelles trajectoires de réindustrialisation ? modélise les impacts directs et indirects de France Relance, de France 2030 et de la relocalisation de catégories d’achat stratégiques. Les scénarios macros qui en résultent permettent de chiffrer les investissements nécessaires pour inverser la tendance à la désindustrialisation de France et tirer tous les bénéfices de cette dynamique. 

L’étude applique également cette méthode aux industries pharmaceutique, chimique, automobile et à la production de matériels informatiques, électroniques et optiques, électriques, en plastique et en caoutchouc. Strategy& invite les acteurs de ces industries et des autres industries d’avenir à affiner les scénarios en y intégrant leurs spécificités fonctionnelles puis à en extraire toutes les implications en matière de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC). Contactez les associés Strategy& qui travaillent sur ces problématiques (contacts en bas de page).




La renaissance industrielle en France à l’horizon 2030 Après les crises, quelles sont les trajectoires de réindustrialisation ?

Suivez-nous

Les champs obligatoires sont marqués d'un astérisque(*)

Les informations recueillies lors de votre visite sur ce site sont protégées par le Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil relatif à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données (le « RGPD »), ainsi que par la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'Informatique, aux Fichiers et aux Libertés, dans sa dernière version en vigueur. Ces informations sont également confidentielles, et ne sont en aucun cas destinées à être diffusées à des tiers, notamment à des fins de prospection commerciale. Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter notre Déclaration de confidentialité.

Contactez-nous

Olivier Lluansi

Olivier Lluansi

Associé, Strategy& France

Vladislava Iovkova

Vladislava Iovkova

Associée, Strategy& France

Masquer