Être plus créatifs, plus réactifs, plus innovants

Juillet 2021

Interview de Marc Pradal, PDG du Groupe Kiplay (Orne)

Spécialiste des vêtements professionnels 100% fabriqués en France, fondé en 1921


Que vous a appris la crise de Covid-19 sur votre groupe ?

J’ai coutume de dire que toute crise est un accélérateur de tendances. Celle que nous vivons l’est tout particulièrement. Pour l’avoir vécue de l’intérieur, en totale mobilisation, je peux témoigner des capacités d’adaptation dont nous avons fait preuve, dans des délais records. La crise m’a permis de constater ou de vérifier que nous étions bien positionnés.

Plus largement, les entreprises qui ont su se repositionner sur de nouveaux marchés avec force et rapidité ont tiré leur épingle du jeu. D’autres ont attendu que les choses se passent, or elles ne se sont pas passées. Pour certaines entreprises, hélas, elles ne se passeront jamais faute d’avoir su ou pu se positionner sur des créneaux porteurs. Pour d’autres encore, le repositionnement est problématique. Nous travaillons par exemple pour Airbus, qui a subi un coup d’arrêt d’une violence sans précédent et d’une intensité sans doute impossible à prévoir.

L’agilité est la clé pour sortir de la crise. J’ai été frappé par l’agilité exceptionnelle dont nombre d’entreprises de notre pays ont fait preuve. Je pense en particulier à ce que j’ai pu observer dans notre département en tant que dirigeant de Kiplay, mais aussi comme président de l’Union Française des Industries Mode et Habillement (UFIMH). L’Orne est un territoire riche de ses PME dynamiques et innovantes, souvent familiales, qui se sont mobilisées et réinventées d’une façon impressionnante. Elles ont aussi fait montre d’une grande réactivité pour monter des dossiers dans le cadre du plan de relance.

« Le mouvement de relocalisation prend beaucoup d’ampleur dans notre filière. La crise n’a fait qu’accélérer les choses. Nous avons l’obligation d’être plus créatifs, plus réactifs, plus innovants. Et de recréer de la richesse dans les territoires. »

Vous êtes donc optimiste pour l’avenir ?

Ma conviction est que les entreprises bien positionnées sur leurs marchés n’ont pas à craindre l’avenir. Pour les autres, ce sera beaucoup plus dur. Certains secteurs vont inévitablement connaître des difficultés, et celui de l’habillement n’y échappera pas. Parmi les difficultés que je perçois, figure en bonne place celle de s’approvisionner. Les prix des matières premières remontent en flèche, il y aura des pénuries de composants, la concurrence fait rage pour avoir des containers en Asie. Dans mon domaine d’activité, il va falloir faire face à un manque de coton.

Cela étant dit, l’économie repose sur la confiance. Si la confiance revient, les dégâts seront limités. Dans le cas contraire, les défaillances d’entreprises auront un effet amplificateur très préoccupant. Une fois encore, la capacité à se réinventer et à conquérir de nouveaux marchés sera déterminante. C’est ce que nous avons fait chez Kiplay en nous lançant dans la fabrication des masques chirurgicaux. Nous avons aussi profité de la situation pour réaliser un plan d’investissement d’un montant d’un million d’euros afin de moderniser notre outil industriel et de mener à bien des travaux envisagés de longue date.

Quelle place accordez-vous au digital dans les arbitrages que vous êtes amené à faire au sein de votre entreprise ?

Le digital n’est pas seulement une question de technologie et de compétences, mais aussi d’état d’esprit. J’ai conscience de l’importance des investissements à réaliser dans ce domaine. Dans notre métier, très concurrentiel, investir sur le numérique, le marketing, les innovations technologiques comme les vêtements connectés permet de faire la différence. Même si nous manquons de moyens dans un secteur à faibles marges financières.

Quel regard portez-vous sur l’entrepreneuriat dans notre pays ?

Je suis impressionné par la force mentale et la créativité de nombre de dirigeants, souvent jeunes. Chapeau bas aux entrepreneurs qui prennent des risques, croient à leur business et à leur pays, promeuvent les savoir-faire français et participent en première ligne à cette ambition d’entreprendre en France. Ils ont rendu possibles des aventures telles que l’initiative « Savoir Faire Ensemble », née sous l’impulsion du Comité Stratégique de Filière mode et luxe présidé par Guillaume de Seynes, et d’acteurs de notre industrie textile dont Guillaume Gibault, Léa Marie, Yves Dubief et moi-même. Notre but est de répondre aux besoins d’approvisionnement en masques, surblouses et tissus en mettant en relation des donneurs d’ordre et des entreprises fabriquant en France.

Pour ce qui concerne Kiplay, nous avons décidé il y a six ans de rapatrier toute notre production en France. Le mouvement de relocalisation prend beaucoup d’ampleur dans notre filière comme dans d’autres, et c’est une excellente nouvelle. La crise n’a fait qu’accélérer les choses.

Nous avons l’obligation d’être plus créatifs, plus réactifs, plus innovants. Et de recréer de la richesse dans les territoires. Des marques comme Le Slip Français ou 1083 et bien d’autres donnent l’exemple.

Interview extraite de Entreprises familiale : se réinventer pour gagner en impact, volet France de la 10e édition de l’étude Global Family Business Survey, 2021




Suivez-nous

Les champs obligatoires sont marqués d'un astérisque(*)

Les informations recueillies lors de votre visite sur ce site sont protégées par le Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil relatif à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données (le « RGPD »), ainsi que par la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'Informatique, aux Fichiers et aux Libertés, dans sa dernière version en vigueur. Ces informations sont également confidentielles, et ne sont en aucun cas destinées à être diffusées à des tiers, notamment à des fins de prospection commerciale. Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter notre Déclaration de confidentialité.

Contactez-nous

Amélie Wattel

Amélie Wattel

Associée - Responsable des Entreprises familiales, PwC France et Maghreb

Masquer