La RSE, un enjeu stratégique dans le cadre d’une opération de fusion ou d’acquisition

réunion d'équipe
  • 03 oct. 2023

L’intégration post-acquisition ou post-fusion n’est jamais une étape simple ni évidente. Avec la montée en puissance des considérations environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) dans les stratégies d'entreprise, la prise en compte de ces enjeux est un aspect important à considérer dans un contexte d’intégration, et peut faire l’objet d’un chantier à part entière.

 

Nicolas Brément, Associé Développement durable, PwC France et Maghreb, tire les enseignements d’une mission de stratégie RSE réalisée suite à une acquisition d’envergure. Le cabinet a accompagné ce client pour faire du pilier RSE, déjà central, un axe encore plus déterminant de sa stratégie globale.

“Au-delà des enjeux stratégiques, la RSE relève aussi de la culture d'entreprise. Elle permet de donner un sens au métier des entreprises et de leurs collaborateurs. Savoir pourquoi on est là devient - et sera encore plus demain dans un univers complexe - essentiel.”

Sylvain Lambert, Associé Développement durable, PwC France et Maghreb

Pourquoi la stratégie RSE doit-elle faire l’objet d’une attention particulière suite à une acquisition ?

Nicolas Brément - La particularité de cette acquisitionacquisition était liée au fait qu’elle concernait deux entreprises de tailles relativement équivalentes implantées dans des régions du monde différentes. Or, si les tendances et attentes des parties prenantes en matière de développement durable suivent toutes des trajectoires de plus en plus ambitieuses, elles diffèrent encore substantiellement selon les régions du monde. À ces divergences s’ajoutaient de fortes spécificités socio-culturelles.

Intégrer les stratégies RSE des deux entreprises, pourtant de tailles comparables et opérant dans le même secteur d’activité, ne pouvait donc se réduire à une simple opération mathématique. Pour surmonter les différences et se concentrer sur le meilleur des deux groupes, le nouveau groupe créé a souhaité impliquer les équipes des deux entités en vue de la définition d’une stratégie RSE unifiée. L'occasion également de faire du pilier RSE un axe majeur de la stratégie du nouveau groupe. 

Cette mission a été confiée à PwC France et Maghreb et à notre réseau international, notre « community of solvers » tournée vers la résolution collective de problèmes. En mobilisant des équipes sectorielles dans les pays concernés, nous avons pu partir d’une compréhension fine des spécificités business, réglementaires, socio-économiques et culturelles des deux entités pour contribuer à définir un plan d’actions, l’organisation cible et le dispositif de pilotage de la stratégie RSE.

“Les récentes crises ont démontré que les entreprises qui savaient donner un sens à leur business model étaient non seulement celles qui resistaient le mieux, mais aussi souvent celles qui performaient le mieux.”

Sylvain Lambert, Associé Développement durable, PwC France et Maghreb

Quelle approche doit-on privilégier afin d’adapter l’intégration post-acquisition aux enjeux ESG ?

Nicolas Brément - Nous sommes partis de la trame d’une mission classique d’intégration post-acquisition pour l'adapter à cette situation particulière et à l’objectif de mieux prendre en compte les enjeux ESG dans la stratégie globale du nouveau Groupe.

Notre approche a mis en exergue trois bonnes pratiques méthodologiques pour intégrer les enjeux de développement durable dans un contexte post-intégration, quels que soient le secteur d’activité ou la taille de l’entreprise.

Lors de la définition des priorités RSE et des piliers stratégiques du nouveau groupe, il ne faut pas reculer devant une évaluation approfondie des pratiques existantes au sein des deux entreprises et une remise en question sincère des priorités RSE actuelles. Un examen rigoureux des attentes des parties prenantes permet également d’approfondir les enjeux identifiés, de mettre en lumière d’éventuels sujets émergeants et de tenir compte des spécificités régionales. 

Cette étape est essentielle pour capitaliser sur les forces et bonnes pratiques de chacune des deux entités et se concentrer sur les enjeux de durabilité les plus matériels pour le groupe nouvellement constitué.

Une fois les nouvelles priorités RSE bien identifiées, la définition d’une ambition commune, qui puisse être incarnée au plus haut niveau du groupe et à laquelle les deux entités peuvent adhérer sans réserve, est également une étape essentielle du processus. 

Il s’agit également de donner du sens à cette ambition en créant une vision inspirante qui puisse fédérer les équipes autour d’un nouveau projet commun et créer ainsi une nouvelle culture commune en matière de développement durable. Le risque serait ici de vouloir imposer à l’une des entités la vision de l’autre sans tenir compte de l’existant et de ses propres enjeux.

Enfin, il s’agit de partager cette vision au sein du nouveau groupe et d’embarquer progressivement les métiers et les acteurs clés des deux entreprises. Ces parties prenantes sont clés dans l’identification des leviers les plus pertinents pour atteindre les objectifs fixés et dans la co-construction d’initiatives opérationnelles adaptées aux spécificités régionales. 

Le bon déploiement de la feuille de route ainsi élaborée repose également sur la mise en place d’une gouvernance efficace, d’outils de pilotage adaptés et d’une communication claire afin d’accompagner les collaborateurs en vue de l’intégration de la nouvelle stratégie dans les pratiques du quotidien.

Quels bénéfices à intégrer le développement durable dans la stratégie post-intégration ?

Nicolas Brément - Définir une stratégie RSE post-intégration présente des bénéfices à plusieurs niveaux. En jouant le jeu de l’intégration RSE, le nouveau groupe a construit une stratégie de développement durable enrichie, bien accueillie par les marchés et capable de soutenir la performance extra-financière du groupe dans les différents indices.

L’implication large des équipes, avec plus de 70 collaborateurs mobilisés durant le projet dans les différents pays concernés, a également permis d’enrichir la stratégie RSE et de créer une nouvelle émulation entre les équipes des deux entreprises. 

L’approche mise en œuvre a contribué à rendre les collaborateurs acteurs de l’intégration tout en créant une adhésion plus forte à la nouvelle stratégie et a ainsi contribuée à la réussite globale de l’intégration des deux entités.

"Plus largement, en faisant de la RSE un véritable pilier de la nouvelle stratégie du Groupe, notre client s’est parfaitement engagé sur le chemin de la transformation durable."




Contactez-nous

Nicolas Brément

Nicolas Brément

Associé, PwC France et Maghreb

Sylvain Lambert

Sylvain Lambert

Associé Développement durable, PwC France et Maghreb

Masquer
Suivez-nous