Gris Group : analyser les achats, une pratique saine dans l’industrie

entreprise industrielle
  • Point de vue

Interview de Céline Gris, présidente de Gris Group et ambassadrice French Fab Grand Est

Basé en Meurthe-et-Moselle, Gris Group est une entreprise familiale spécialisée dans la fabrication de composants mécaniques, rondelles techniques de fixation et pièces techniques découpées. Sa présidente, Céline Gris, et Isabelle Carradine Pinto, associée PwC France et Maghreb, reviennent sur leur démarche de sécurisation des approvisionnements au moyen du Source-to-Secure Optimizer de PwC. Créée au tout début de la pandémie de Covid-19, cette solution permet aux PME et ETI d’analyser leurs achats et d’identifier de nouveaux fournisseurs afin de réduire leurs risques d’approvisionnement.

Comment les crises récentes impactent-elles une ETI industrielle comme Gris Group ?

Céline Gris, présidente de Gris Group et ambassadrice French Fab Grand Est - Deux ans après le début de la pandémie, nous voyons que l’impact de la crise a été négatif en termes de chiffre d'affaires, car les arrêts de production de certains de nos clients, notamment dans l’automobile, se sont ressentis sur notre activité. Mais nous voyons aussi une évolution positive dans la mise en œuvre d’initiatives pour améliorer la rentabilité du groupe. 

Ces initiatives ont porté sur les approvisionnements, le prévisionnel clients et la supply chain logistique grâce à l’accompagnement proposé par Bpifrance. Cela nous a été très utile pour adapter et planifier la production. Le prêt garanti par l’État (PGE) a été un outil de sécurisation - y compris psychologique - qui nous a permis de nous concentrer sur autre chose que la trésorerie. France Relance nous a aidés à continuer d’investir. Et le travail amont fait sur la relation sociale avec la délégation syndicale a porté ses fruits lorsque le moment est venu d’adapter notre organisation. 

Concernant les achats, l'explosion du prix des matières premières a généré un problème de gestion des achats au quotidien. Avec le Covid-19, nous n’avons pu répercuter qu’en partie les deux périodes d’augmentation du coût des matières premières sur nos prix. Aujourd’hui, la guerre en Ukraine reproduit cette situation alors que le sujet des approvisionnements restait encore très problématique, notamment en termes de délais.

Historiquement, l’essentiel de nos approvisionnements vient d’Europe, à l’exception d’une référence matière en provenance des États-Unis. Pour faire face aux risques identifiés, nous avons essayé en 2020 de basculer - ponctuellement - une partie de cet approvisionnement en Chine. Cela s’avère compliqué du fait de problèmes de qualité et de délais. Quant à notre troisième fournisseur, basé en Belgique mais en partie à capitaux russes, nous ne savons pas combien de temps dureront ses stocks.

À quels besoins le Source-to-Secure Optimizer de PwC répond-il ?

Isabelle Carradine Pinto, associée spécialiste de la transformation de la fonction achats, PwC France et Maghreb - Au déclenchement de la pandémie, nous avons très vite compris que les ruptures d'approvisionnement fragiliseraient les entreprises industrielles, qui dépendent de biens d’importation pour fabriquer, assembler, packager et distribuer leurs produits. 

Des discussions ont eu lieu avec les pouvoirs publics et les entreprises elles-mêmes, et nous avons réfléchi à une manière de réduire le risque dans les chaînes d’approvisionnement. C’était une façon pour PwC de créer de la valeur pour tous (pouvoirs publics, entreprises et consommateurs finaux), de faire notre part en temps de crise. Nous voulions aussi contribuer à dynamiser l’économie française de cette manière.

Céline Gris - Une entreprise industrielle comme la nôtre recherche en continu des opportunités d’approvisionnement, et l’utilisation de Source-to-Secure Optimizer s’est inscrite dans cette démarche. Nous devons ouvrir notre panel à d'autres fournisseurs, y compris dans de nouveaux pays européens, car nous ne pouvons nous limiter à la France, malheureusement trop fortement désindustrialisée. 

Pour les emballages, il est possible de s’approvisionner en France même si c’est beaucoup moins économique. Pour l’acier, il n’y a plus de lamineurs français correspondant à notre métier, contrairement à l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie. C’est dommage, car nous sommes intéressés par des distances courtes pour réduire les temps et coûts de transport. 

Nos clients sont sensibles à la proximité des achats pour réduire leur bilan carbone dans le cadre d’une démarche RSE. Gris Group est lui-même attentif au risque fournisseurs qui, au-delà de la compétitivité, deviendra un enjeu de plus en plus prégnant. Nous sommes par exemple adhérents au Pacte Mondial de l’ONU et agissons contre le travail des enfants.

Sur quoi le Source-to-Secure Optimizer s’est-il concentré dans l’entreprise ?

Céline Gris - Les consultants PwC France et Maghreb, dont mes équipes ont beaucoup apprécié la valeur ajoutée, nous ont aidés à passer au crible nos achats d’acier au carbone laminé, d’acier Uranus et d’emballages avec le Source-to-Secure Optimizer. L’étude a mis en exergue des fournisseurs, dont certains nous étaient inconnus et sur lesquels nous avons enquêté. 

Le Source-to-Secure Optimizer nous a aidés à vérifier que nous ne passions pas à côté de fournisseurs à évaluer par rapport à nos besoins. Nous travaillons dans un marché fournisseur restreint et avec de fortes contraintes techniques. Tous les fournisseurs, qu’ils soient producteurs ou traders, ne sont pas en capacité de répondre à nos besoins. L’entreprise existe depuis 1984, nous connaissons donc bien l’écosystème des fournisseurs et nous en avons découvert peu de nouveaux, mais cette analyse fait partie de la gestion saine d’une entreprise industrielle. On ne peut pas faire l’économie de cet exercice.

Outre les fournisseurs, la démarche a aussi porté sur nos sous-traitants pour deux familles d'achats. Cette question est moins vitale dans la mesure où nous n’avons pas d’engagements financiers avec les sous-traitants, souvent locaux, chez lesquels nous n’engageons pas d’outillage. Mais nous avions des problèmes de qualité sur des pièces très complexes galvanisées à chaud, par exemple. Les pièces plates en vrac peuvent se coller entre elles si elles ne reçoivent pas le traitement adéquat. Nous devons donc considérer à la fois le prix et la qualité : payer plus cher peut être intéressant si le taux de rebut diminue sensiblement. D’autre part, le monosourcing présenterait un risque.

Quel bilan faites-vous de la mise en œuvre de l’outil Source-to-Secure Optimizer ?

Isabelle Carradine Pinto - Avec le Source-to-Secure Optimizer, notre approche permet de très vite obtenir la vision des risques fournisseurs et des sources alternatives. Elle est particulièrement intéressante pour des entreprises industrielles qui ont l’habitude de travailler avec les mêmes fournisseurs depuis longtemps. La mission, terminée en trois semaines environ, est très courte et donc légère pour les équipes achats. Il est à noter que si pour de nombreux produits nous arrivons à trouver des sources alternatives, pour d’autres, en particulier pour ceux qui ont généré du temps de conception avec des partenaires industriels, trouver des sources alternatives nécessite un travail d’approfondissement. 

Céline Gris - Chez Gris Group, la mission appuyée sur le Source-to-Secure Optimizer nous a apporté plusieurs bénéfices. Elle nous a permis d’avoir une photographie à un instant t et une analyse structurelle de nos achats, avec plus de granularité sur le risque pays. Elle nous a donné une vision globale de notre processus achat, qu'elle a confirmé comme robuste tout en attirant l’attention sur des points d’amélioration. Par exemple, nous avons été alertés sur le volet juridique des conditions générales d’achat (CGA) et prenons mieux en compte notre responsabilité civile en cas de casse machine liée à une propriété de la matière. 

La mission nous conforte dans le fait de bien interroger les fournisseurs et sous-traitants en capacité de répondre à nos besoins. Nous avons été rassurés : nous avons peu de risques avérés dans ce domaine. Même s’il n’y a qu’un fournisseur à changer, la mission en vaut la peine !




Suivez-nous

Les champs obligatoires sont marqués d'un astérisque(*)

Les informations recueillies lors de votre visite sur ce site sont protégées par le Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil relatif à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données (le « RGPD »), ainsi que par la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'Informatique, aux Fichiers et aux Libertés, dans sa dernière version en vigueur. Ces informations sont également confidentielles, et ne sont en aucun cas destinées à être diffusées à des tiers, notamment à des fins de prospection commerciale. Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter notre Déclaration de confidentialité.

Masquer